Sakura 2015




Au coin de la rue, Paris XIXe.
En guise de bla, n'ayant pas la moindre envie de.

Neige, Quai de la Seine




Neige, Quai de la Seine, long le Canal de l'Ourcq, Paris XIXe, sur le chemin quotidien de la librairie, le 13 mars 2013.
Oh, je sais, c'était juste il y a trois semaines, mais il y a deux ans.
Point de blanche, cette année.

Habits Marcher Et bla




Dimanche, un peu avant mi-di.

Levé tôt, un peu avant six heures. Le grand bleu du matin a fait place aux nuages. L'air est plus que frais. Hier soir, un très beau Mahler (Symphonie n° 7), dont (ou peut-être plutôt : car) on n'(en) attendait rien, à l'Opéra Bastille. Gyôza à Belleville pour déjeuner, cette petite cantine qu'on affectionne de temps à autre. Ce soir on ne sait encore

Tous ces cyclistes qui méprennent les pistes cyclables pour des autoroutes, et usent bien plus de la sonnette que des freins : nani-sama pleine puissance.

Paradoxalement (au sens étymologique du terme), du digital il ne restera rien.

Fond de café, au lait.




Attendre / Attendre de : Soi / Autres.

Dans un forum, ces gens qui crachent violemment sur ceux qui vont à l'opéra en tenue de soirée ("ils me font pitié") et applaudissent à la démocratisation des tenues "décontractées" et du jeans-baskets ("après tout j'ai payé ma place") : nivellement par le bas, inconscient et ignorant des traditions et de l'histoire. Et puis bon, les places commencent à 5 euros... C'est un peu comme ces nouveaux-riches qui accèdent à la propriété, de ce fait se croient tout-permis, et font systématiquement chier les voisins, dans une pleine satisfaction d'eux-mêmes.

Marcher dans la ville a quelque chose d'hypnotique. Un pas mène à l'autre, et ainsi de suite. Et tous ces gens dont on ne sait rien, qu'on croise pour ne les plus jamais revoir. La nuit, ces fenêtres par où lumière ou obscurité, et ces vies encore, au-dedans, par-delà, dont on devine moins encore.

Vouloir laisser / tenter de retenir.




La mince limite entre jouer, jouer avec, et se jouer de.

Depuis le balcon, on peut compter 235 cheminées. Ah, les toits parisiens.

Je me demande parfois à quel moment le chemin de mon existence a divergé de celui des autres.

Attachements, attentes, clôtures, et nos résistances vis-à-vis d'icelles.

Peser les mots, afin d'éviter les méprises.

Allez.



Manche Couleurs Et bla




Dimanche, au matin, midi.

Ah, le dimanche. Tous ces compagnons et maris traînés au marché pour faire office de porte-bagage alors qu'ils préféreraient sans doute dormir encore un peu, ou faire autre chose, en particulier s'ils travaillent le samedi et passent tout leur temps "libre" à déposer, gratter, [enduire, poncer]x5 et [peindre]x2 des murs, tâche qui leur fut lourdement suggérée et pourtant à la première personne du pluriel, sans surprise. Chose intéressante et curieuse, que les accompagnants fussent tous blancs (comme on dit noir ou jaune).

Tiens, on change d'heure : il fera un peu plus jour encore, au sortir de la librairie.

On a sauté une semaine, dans ces billets : ni le temps ni l'envie, le weekend dernier.

Épuisé d'un bout à l'autre de la journée, ces derniers temps.

Fond de café.




Quand dans une conversation — ou des modes de communication qui en sont proches, comme les textos — on dit mon prénom, l'impression nette qu'il s'agit de quelqu'un d'autre. Encore une fois, un nom, c'est quand on est plusss que deux. Ainsi d'Adam et des choses, aussi, quoi que l'Ancien Testament en dise — d'où la plus grande justesse de la version de Mark Twain.

On soupçonne, sans trop de risque, que la dichotomie entre nikushokukei (carnivores) et soshokukei (végétariens), en parlant des hommes (en gros : sexe / pas de sexe), sort tout droit des magazines féminins tendances, probablement pour se prouver qu'elles n'y sont pour rien. Alors que, neee.

Il est probable que les goûts et les occupations évoluent et se figent à l'époque du lycée / université, où les échanges inter-individuels sont les plus nombreux, les plus variés et les plus denses, à une époque, aussi, où la porosité culturelle personnelle est la plus importante. Ensuite, la répétition quotidienne du même (fréquentations, travail) et la stratification rigide de la société par tranche d'âge, n'aident certes pas au renouvellement et l'absorption d'éléments nouveaux, et les gens deviennent des statues. Toutes ces prisons mentales, privées et sociales en lesquelles on se voit enfermé, s'enferme parfois soi-même.

On passe à un forfait Free 2h 2€, car cela même c'est encore trop.




Tout ce qu'on fait — ou ne fait pas : encore du sexe.

Les végétaux (graines exceptées) sont composées à 95% d'eau : il faudrait donc dire non qu'on mange une feuille de salade, mais qu'on la boit.

Ces gens dont on attend, sans impatience mais sans surprise, les messages de fausse-compagnie, le jour même du rendez-vous.

Le classique de blues Why don't you do it right? résume assez bien le parasitisme dictatorial féminin, ah ah.

Manquent quelques visages familiers, d'autres aimés ou désirés, et des soirées arrosées passées à discuter.

Jours, semaines, mois et années vains dont on se passerait bien.

Allez.





L'Égalité ou Rien ?



L'égalité ou rien ?
La seule égalité qui me paraisse être, c'est l'égalité du rien.

...


Beau Libibi Murs Et bla




Lundi, au soir.

Grand beau que ne gâcha pas un fond d'air frais. Cela durera toute la semaine, (pré)dit-on : ainsi soit-il. Nombre affirment le contraire ; pour ma part, je me ferais bien à un climat californien.

Une fois encore, ce matin au réveil, deux pensées pleines d'esprit et de verve, qu'on tenta de mettre en note mentale, et qu'on oublia — ce dont, par compensation, on se souvient encore. 

Dans la peinture des murs et plafond de l'entrée.

Ah, A : le Mac Orlan dont le titre m'échappait

 Tiens, un Coca.




Assumer le caractère répétitif de nos jours, jusque dans l'habit.

Commencé Dolto, qui semble malgré elle avoir une vision sociale, c'est dire : contingente, de la sexualité et de la libido. Si son souci est effectivement la résolution des difficultés des relations inter-individuelles, l'analyse ne peut se fonder que sur la seule donnée permanente et irréductible : le corps, et ses instincts et fonctions assignés par les gènes, contre lesquels on ne peut s'opposer sans conséquences majeures, comme les "névroses" et autres "hystéries". Le fait que la société violente la biologie des passions et l'ordre génique des relations humaines (d'aucuns argueront que c'est là la grandeur de l'homme, ahem) semble être, paradoxalement, la cause véritable de les désordres auxquels s'intéresse la psychanalyse. L'autre axe de la psychanalyse freudienne touche aussi à la société bouleversant "l'ordre des choses" (ah ah, qu'est-ce donc, l'ordre des choses ? le désordre des gens ?) : les irrationalités névrotiques ayant trait à la mort, dont la médecine moderne rend la fréquentation plus que rare, et que la société s'empresse de balayer sous le paillasson.

La plupart fait des promesses comme la météo annonce le temps qu'il va faire : d'un futur sans nuance. Alors qu'il s'agit de probabilités d'occurrence, qui diminuent d'autant plus considérablement que l'on s'éloigne du présent. Et d'autres choses encore.

La même histoire qu'on rabâche à longueur de phrase, en termes freudiens : le principe de plaisir,
contre le principe de confort.




En un mot : dans l'expectative.

Métaphore pour une idée déjà mentionnée. Comme une tasse de production industrielle (un humain), grossièrement peinte à la main (éducation : famille, structures sociales), brisée et recollée maintes fois (expérience individuelle) : ce sont les brisures, les accidents et la patine qui en font une pièce intéressante, voire désirable.

Dans la fragmentation de la rédaction de ces billets, écrits ici, là, et là encore, on remarque probablement mal l'enjoue : un peu comme les sédiments et la décante, sans qu'on sache quoi est quoi, n'est-ce pas. N'oublier pas que notre seule inspiration durable de jeunesse, c'est Nietzsche.

Que sert une petite cuillère, pour décapsuler un bouteille de bière ?

J'aime : les portes ouvertes.

Allez.