Dents, Mâche et Baguettes


Je remarquai, il y a quelque temps, que les muscles de ma mâchoire étaient devenus tout faiblards : c'est qu'au Japon la mastication est réduite à portion congrue.

Au Japon, on ne se sert pas ou peu de ses dents : on mâche vaguement un petit truc — la langue parfois suffit, ou d'engloutir le tout avec la bière. C'est sans surprise — les gènes ont probablement leur part au jeu — qu'elles sont mauvaises.

La cause à quoi ? Aux baguettes, monsieur — pas le pain : chopsticks, o-hashi お箸, quoi — peu adéquates à la coupe : d'où cette célèbre cuisine japonaise à bouchées (一口) et, en tirant quelque peu peut-être, la préférence au tendre et au gras.

An apple a day... n'a aucun sens ici. D'abord, on les pèle, les pommes, et les coupe en fines tranches (un quartier c'est un quart de quelque chose) où l'on taille de petits lapins pour amuser la galerie. Ou un octobus — vous savez, la version huit bras du nekobus de Totoro. Vous savez pas ? ce n'est pas très important.

En revanche, si l'usage des baguettes ne développe pas les muscles maxillaires, elles rendent précoce l'arthrose et les rhumatisme articulaires. C'est que leur maniement est un peu plus complexe que celui d'une fourchette et / ou un couteau. Chouette, non ?

Alors on me dira : ben pourquoi ils gardent encore ces trucs archaïques, s'il n'y a que des mauvais côtés ?

D'abord, il n'y a pas que des mauvais côté : on peut faire plein de trucs avec les baguettes, dont l'effet serait diablement réduit, avec couteau-fourchette. Par exemple ce maniement exceptionnel. Il y avait aussi une vidéo didactique d'un intérêt faramineux ; mais YouTube devient père-sévère.

Et puis... Et d'ailleurs il ne faut pas poser de question : c'est la tradition, et c'est très bien comme ça. Le propre de la tradition, c'est d'être à elle-même sa propre justification, comme ça tout le monde est content. Ou alors on met ça sur le dos des ancêtres : c'est la même chose. De toute façon c'est connu, en tout pays, d'ailleurs : Avant c'était mieux — n'est-ce pas.

Et puis, les baguettes sont, spirituellement, matériellement et esthétiquement, le prolongement des doigts.

Les Japonais pensaient que les os étaient faits de bois (on pensait bien qu'Adam était fait de terre glaise, alors pourquoi pas) : les ayant petits, ils ont donc naturellement cherché à les allonger — un peu comme une prothèse pelvienne, si l'image vous convient — à fin de ne se les brûler pas, et de pouvoir aller piquer dans l'assiette — pardon : le bol des voisins plus distants.

Du reste, tentez d'insérer les baguettes entre la peau et les ongles, et vous verrez qu'elles y sont très bien, c'est chic et élégant en plus d'être pratique. Il y a résurgence du côté d'Aoyama, me dit-on.

Non, en fait, ils les ont piquées aux Chinois, comme tout le reste. Mais ça il ne faut pas le dire.


Car la viande noire fait la nique aux crocs, madame.

3 commentaires:

lolo a dit…

"les muscles de ma mâchoire [...] qu'elles sont mauvaises."

Qu'est-ce qu'il ne faut pas lire comme calembredaine !

senbei a dit…

J'aime bien celui-là, tiens ! Mais j'imagine que ça suffit à justifier ton attaque nippo-wallone^^.

a japanese book a dit…

Va savoir ! ; )