Colissimo.fr : vol, tromperie, détournement, régression


Il est à présent impossible de soumettre à la Poste un livret Colissimo écrit à la main : les bureaux postaux n'ont plus qu'une fonction d'enregistrement et ne s'occupent plus de l'affranchissement : c'est le rôle des automates et des machines, vers lesquels on vous redirige systématiquement.

Pour un Colissimo, il vous est à présent nécessaire d'entrer dans la machine l'adresse complète de l'expéditeur et du destinataire : une perte de temps incroyable. Ajoutez à cela que les factures ne sont disponibles que pour les Cartes Pro.

Quoi qu'il en soit, il semble que la politique actuelle de la Poste soit de mettre l'accent sur les service bancaires — bien paradoxalement, puisque la Poste est d'abord... un service postal ; mais il faut croire que cela n'est pas assez rentable — et de concentrer un maximum de transactions postales sur internet — le coût humain duquel est forcément minimal (les ressources humaines dégraissent et emploient des incompétents au lance-pierre dès que possible).

Nous sommes donc allé voir du côté de colissimo.fr, qui offre par ailleurs 5% de remise par rapport aux tarifs en bureau (largement compensé par le coût en papier et en encre d'imprimante : neuf pages pour un colissimo international : ne vous faites pas berner).

Au-delà des inepties attendues, comme l'impossibilité d'envoyer une missive à une institution ou à une société seulement (il faut obligatoirement cocher Monsieur ou Madame et remplir les cases Nom et Prénom), la plus grande surprise eut lieu au moment d'imprimer tous les papiers, après avoir rempli toutes les cases et payé. On tombe alors sur cette page :




 où l'on nous apprend, un deux trois, qu'il faut charger notre imprimante en papier et en encre, vérifier qu'on dispose d'une imprimante correcte pour imprimer le code-barre, et imprimer les bordereaux : du blabla inutile, donc l'œil saute des lignes, se fait accrocher par des lignes en bleu et voit, au dessous, le gros bouton en gras : CONTINUER. On clique.

 Et on se fait avoir.

C'est une PUBLICITÉ, qui ne permet absolument pas d'imprimer.

Et ça, c'est vraiment une honte. Tromperie pure et simple. Détournement de Service Public.

Il fallait en fait descendre tout en bas de la page pour trouver un tout petit bouton, qui se fond dans le gris de la page, où il est écrit, à côté de Revenir à l'accueil : Imprimer.




Et on y a droit à CHAQUE FOIS : c'est une page fixe.

Par ailleurs. Les bordereaux pré-imprimés traditionnels étaient waterproof : aucun risque que le code-barre devienne inutilisable. Or à présent le bordereaux est imprimé sur papier normal d'imprimante, et il est précisé sur cette même page qu'il est interdit de recouvrir le code-barre de quelque matière protectrice. Autrement dit, à présent, une simple goutte de pluie (ou un doigt de main employée un peu transpirante ou graisseuse) rend le code-barre inutilisable. Quel progrès. Bonne chance pour le suivi intégral de vos colis autour du globe.

Une chose est certaine :
la Poste, c'est de plus en plus n'importe quoi.


2 commentaires:

n a dit…

Edit 08/2014 : Cette maudite publicité a enfin disparu, un an plus tard : il faut croire que je n'étais pas le seul mécontent. Quel idiot avait bien pu mettre cela en place ?

Dominique D'INNOCENZO a dit…

colissimo,une escroquerie,si vous ne recevez pas votre colis et qu'il a été signalé comme ayant subi un incident,je n'arrive pas a recuperer mon paquet
aprés une reclamation ecrite et deux en ligne Colissimo se moque des gents car il n'y a plus aucun suivi
C'EST HONTEUX JE N'UTILISERAIS PLUS JAMAIS COLISSIMO,TOUT SIMPLEMENT DES ESCROCS ET DES VOLEURS