Fin, Bakuman, blogs, news, anecdote, et bla.



Mercredi, et fin de vacances. Un seul cours de tout le jour, qui le coupa irrémédiablement en deux — l'école étant encor en vacances : il ne sont pas forts pour dresser les emplois du temps. Bah, il faut bien gagner sa croûte.

Au retour, achat et lecture du dernier 大場 & 小畑 (Ooba & Obata) : le premier volume de バクマン (Bakuman), dont on avait aperçu quelques chapitres dans Shonen Jump, il y a une paire de mois, chez un copain. Non plus l'histoire d'un cahier noir qui permet de tuer les gens par la plume (n'est-ce pas la morale de Deathnote ? La plume est plus forte que l'épée — par pour les mêmes raisons que le commentaire obligé prône) mais (ce n'est plus du seinen) celle d'un apprenti-mangaka 真城最高 (Mashiro Moritaka). C'était l'intro ; on verra bien au tome suivant si ça décolle. On écrira un petit truc à ce propos si ça devait nous plaire. (Un peu sceptique : la moitié de DN, c'est tout de même du plutôt mauvais — le dessin, si précis qu'il soit, ne sauve rien. Enfin, on verra bien.)


Il est vraiment de tout dans les blogs francophones sur le Japon — tiens, je ne suis pas encor tombé sur un tenancier québequois... —, qu'on découvre peu à peu, de lien en lien. La plupart ne sont que passe-temps, occupations — dont celui-ci —, d'un panel variant du personnel au quasi-journalistique ; certains, aussi, tournent "pro" — entendre : travail effectif, source de revenus, etc. — et deviennent véritables petites entreprises, préoccupées plus par le nombre de visites ou l'obscur page rank de google, que par la qualité du contenu. Manières de voir et de faire, m'est avis : 十人十色, les goûts et les couleurs, n'est-ce pas ?

Ici ? pas assez de temps pour écrire sur tout ce que j'apprécie — malédiction du dilettantisme, par ailleurs jamais sentie plus vivement, que ces dernières semaines. A y réfléchir une seconde — et puis non : pas besoin d'y réfléchir —, c'est le bla de quelqu'un qui, accidentellement, vit au Japon. Comme pas mal d'autres d'ailleurs. Ce blog n'est pas sur le Japon : sinon on n'y verrait pas du Pascal ou autres, n'est-ce pas. Ah la la, ça me rappelle d'ailleurs que je n'ai jamais si peu bossé le japonais que depuis que je suis ici. Tss. Moi qui voulait finir de ficher le second tome du Kunio Kuwae avant le retour en novembre dernier : restent encor trois cents pages (sur un bon millier en tout)...


Ceci dit, news nippones en deux mots. (Sacrifice au Zeitgeist.)

Un article intéressant sur, et interview du le présentateur TV Mino Monta, l'Oprah japonais, qui part bientôt à la retraite. Qu'une voix influente ait plus que moins les pieds sur terre, ça rassure. Un peu.

Ah, et encore une belle gaffe pour le PLD.


Nietzsche s'élevait, en 1873, contre la volonté débridée de connaissance, l'historicisme froid qui est à lui-même sa propre fin, la gravure pour l'éternité des "très petites choses" — dont l'art est, accessoirement dit, absent. On n'en est même plus là : règne de l'anecdote pour la mémoire d'un poisson rouge. C'est le règne, non plus de l'érudition — qui au moins croyait aux grands effets des toutes petites causes —, mais de la presse consumériste : manger, manger, manger, informations, choses, nourriture, n'importe quoi mais manger. N insistait sur l'importance capitale de la digestion — que ne dirait-il pas maintenant ! Probablement que les estomacs ont disparu, et que tout entre en soi, pour immédiatement en sortir, tel quel, intouché. La digestion permet d'assimilation des corps étrangers, qui nourrissent et fortifient le nôtre, une fois faite ; elle laissait en suite place à la création. Avec l'historicisme et l'érudition, on a vu la naissance de la vache multicolore et de l'esprit de lourdeur, qui ne passait plus son temps qu'à ruminer. A présent, la digestion, l'estomac, les intestins, ont disparu. Darwinisme &c. : l'organe inutile disparaît : l'estomac inutile n'est plus. Et ça ne repousse pas comme ça, un estomac. Boule de neige : qu'est-ce qui disparaîtra en suite ?

Mmmh, allez, cessons là : c'est notre tour de faire la cuisine : courses de rigueur.


3 commentaires:

Clarence Boddicker a dit…

"Ce blog n'est pas sur le Japon : sinon on n'y verrait pas du Pascal ou autres, n'est-ce pas."

Oh non ! Tu vas pas t'y mettre toi aussi ! Ou alors il va falloir que je révise cette foutue blogoliste nipponne...

Tiens, tu me diras lequel s'en sort le mieux ! Moi, je vais faire ma vaisselle et lire un livre.

Clarence, femme au foyer

n a dit…

Clarence, t'es femme au foyer ?! T'en as de la chance : j'le suis qu'à moitié...

Ah ah, et je ne veux pas entendre un tel commentaire de la part d'un Brésilien ! ; )

Et je me lève, ai la tête en compote, fais bouillir de l'eau, fume une clope et mange un quartier de poire.

Bonne journée !

n a dit…

Ah, je comprends mieux le "toi aussi", après un petit tour dans les billets publiés dans la nuit... Eh. ; )