Colonisation du Tonkatsu

Non, non, les tonkatsu n'ont pas encor mis en œuvre leur plan de domination de la planète, ni nous le nôtre d'asservissement des tonkatsus.

Je vous mets juste au défi de trouver, à Kyoto et l'improviste, une table pour quinze dans un tonkatsu-ya — on n'y pouvait réserver, de toute façon.

Favorable concours de circonstances, j'imagine.



N'empêche que ça fit une sacrée tablée.
Et se laissa bien manger.

2 commentaires:

Madjid a dit…

Pour tout dire, c'est mon tonkatsuya préféré, avec riz à volonté, misoshiru à volonté et la préparation sésame... Mais je ne sais pas comment vous avez fait, c'est toujours la queue quand j'y vais...

n a dit…

Riz et misoshiru sont à volonté où que tu ailles, non ? (Pas encore de contre-exemple, en tout cas.) Le restau est en effet toujours plein (deux échoppes de la même enseigne pas loin l'un de l'autre : bon à savoir), il a la cote, réservation impossible — énorme coup de chance. Il était plutôt bon, le tonkatsu ; j'en sais toutefois des meilleurs !