Le Consulat de France au Japon déménage



Bye bye Crystal Tower : l'ex-Consulat général de France à Osaka-Kôbe déménage au premier décembre 2009.
Finis takoyaki, tonkatsu, kushikatsu, okonomiyaki, Namba Walk, le zoo de Tennoji, Billiken & autres merveilles plus ou moins relatives.
On faisait déjà état de la polémique, ignorée des services publiques, bien entendu.

Il y a quelques jours, on recevait un petit pamphlet (ils déstockaient les enveloppes à l'en-tête d'Osaka, j'imagine) faisant part de la nouvelle adresse et des nouvelles fonctions :

Consulat général de France
8 Izumidono-cho, Yoshida
Sakyo-ku
KYOTO 606-8301
(075) 761-2165 — assistant du consul général
(075) 761-2988 — accueil consulaire
cgf.kyoto@ifjkansai.or.jp

Fonctions : légalisation de signature sur documents — certification de photocopie —délivrance d'attestation d'existence (pensions de retraite) — délivrance de bordereau de détaxe — assistance aux Français de passage en difficulté — assistance en cas de conflit familial — assistance aux Français arrêtés ou détenus — organisation du centre de vote — comités consulaires (bourses scolaires, protection sociale, sécurité)

Pour ceux d'entre les Français kyotoïtes qui se réjouiraient de cette translation bien-venue, autant dire les choses clairement :

Le Consulat ne sert plus à rien
du tout

ou à tout le moins ne s'occupe plus que de la broutille (quoique les Français de passage en difficultés diverses, il semble qu'il y en ait un paquet, du style J'ai plus d'argent pour payer l'hôtel ou rentrer au pays Les flics sont là Je pige que dalle Filez-moi des sous, &c.).

Le changement d'adresse s'accompagne en effet d'une centralisation des compétences — à Tokyo, où il faudra vous rendre, avec qui il vous faudra correspondre, pour tout le reste (traduction du permis de conduire, vérification de traduction, dossiers de nationalité, transcription d'un acte de l'état civil japonais...).

On nous dit qu'il y aura toutefois une permanence mensuelle à Kyoto pour :
instruction d'une demande de passeport ou de C.N.I. — établissement d'un acte d'état civil, d'un acte notarié — inscriptions au registre consulaire, sur la liste électorale, d'une demande de bourse scolaire ou d'aide sociale.
¡ MENSUELLE ! — bordel, comme s'ils ne pouvaient pas mieux faire qu'un jour par mois pour tous les trucs importants.

Enfin bref. Si l'on prend en compte le fait qu'il n'y a pas moins de TROIS antennes consulaires japonaises en France (Strasbourg, Marseille, Lyon) en sus de l'ambassade parisienne, c'est un vrai scandale. Ou est-ce un appel à la relocalisation de tous les expatriés français vers Tokyo ?

Bah, de toute façon, on n'y peut pas guère faire grand-chose. Que voulez-vous ! on est au Japon : il faut se taire et subir ! ; )

2 commentaires:

senbei a dit…

Ouais, c'est ça, t'as trop raison cousin, ils nous ont abandonnés dans la banlieue, ces baltringues, y'a plus rien à faire sinon tenir les murs, c'est mort, c'est la faute au pouvoir qui fait la hella sur nos frères, walla !

Senbei, racaillou du Gers

(celà dit, j'approuve à 200% ce post)

n a dit…

Tu peux parler, traître de Tokyoïte ! ; )
Ah, et je vois que j'ai des murs prévus pour le 9 : tant qu'à les tenir, je suis sûr qu'avec les murs au moins on peut parfaire la paix universelle.